Le chant des réserves

Le chant des réserves (2019) tirage format 160 x 240 cm
Le chant des réserves (2019) tirage format 160 x 240 cm

Le chant des réserves (2019) La cage aux oiseaux, partie 2.
8 tirages photos format variable
Un texte «Le chant des réserves», affiche.
10 récits-collages Correspondances des élèves du lycée St-Éxupéry.
Projection d'une série de 45 dessins d'animaux réalisés par les lycéens_production Centre Photographique Marseille

Regarder l'animal

Dans les forêts obscures de notre imagination, terrés aux fonds de nos souvenirs d'enfance, l'animal agite des inquiétudes irrationnelles. Récits réels et fictifs abreuvent cette peur que peu d'entre nous avons réellement éprouvé.
Peut-être est-ce pour digérer ces inquiétudes que nous avons intégré dans notre langue des expressions qui ridiculisent l'animal pour l'assigner au plus loin de nous. En même temps, nous n'avons de cesse de le figurer partout sur nos vêtements, dans des objets et sur nos peaux. 

Arnaud Théval le chant des réserves
Le chant des réserves (2019) tirage format 160 x 232 cm.

Dans nos cités, l'animal habite à tous les étages, dissimulé entre les pages d'un livre, entre les photos souvenirs, dans la malle à jouets de l'enfance et dans les histoires de nos proches mais ce sont pourtant les visites au Muséum d'histoires naturelles qui nous offrent cette illusion d'un rapprochement  ; tandis que modes d'expositions orchestrent nos relations au vivant et à nos frayeurs selon les époques. 

L'effroi est réel dans les yeux de ces adolescents intrigués par mon invitation à revenir sur ce lieu de l'enfance. En croquant et en photographiant ces souvenirs de leurs peurs, ils réactivent des histoires enfouies. L'animal caché en eux, s'agite. ils l'avaient oublié. Dans leurs chambres, la nuit emporte avec elle leurs certitudes, dans leurs rêves tout se renverse  : l'agitation saisit leurs corps quand le souvenir lointain d'une peur cachée prend la forme d'un animal aperçu dans la journée. Sous l'œil amusé du chien, gardien du passage entre la nature et le culturel, entre la mort et le vivant, nous divaguons. Dans le sommeil, la mort réveille le vivant et sans nuances, les deux chantent dans un état paradoxal mixant peur et confiance. Hors du monde, plus de séparations, seulement une autre correspondance.
 

Arnaud Théval, le chant des réserves
Le chant des réserves (2019) accrochage au Centre Photographique Marseille.
Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)
Le chant des réserves (2019) accrochage au Centre Photographique Marseille.

Texte "La chant des réserves"

Le couloir baigne dans la douce lumière verdâtre d'un grésille insectes. Les moucherons entrés par effraction dans les lieux, finissent brûlés sur les lames métalliques. Nous avançons vers la première salle, la pâleur de nos visages est probablement due à la blancheur des néons. Les odeurs semblent neutralisées, rien de vivant ici. Aucunes effluves d'océan ne proviennent jusqu'à mes narines et pourtant, sur les étagères, une myriade de crustacés, de ceux que nous ramassions sur les rochers en bord de mer et ceux, invraisemblables, de tailles démesurées, qu'aucun d'entre nous, n'a vu.
Des monstres sous-marins sont là, figés dans la blancheur de leurs squelettes. Il faut s'accroupir, se tordre, se contorsionner, pour tous les apercevoir. Comme lors d'une pêche au fond des crevasses lors des grandes marées, mon corps se plie pour aller chercher avec les yeux ces monstres sidérants de beauté. Aujourd'hui il n'y a aucun combat à livrer pour les approcher.

Derrière nous, la porte refermée, l'eau s'engouffre dans l'obscurité de la pièce close. Leurs carapaces se frottent contre les murs, leurs pattes grattent le sol mais le ressac des flots érode toute possibilité d'entendre ces sons.
La seconde porte s'ouvre sur une escouade de tortues de mer brillant toutes d'un même verni et figées dans une même pose. Saisies mortellement par des braconniers, saisies une seconde fois par la douane, la lumière des plafonniers semble achever de les saisir dans un éternel ballet collectif. Non loin, des alligators se tapissent, mâchoires entrouvertes, des crapauds, des serpents, des iguanes et d'autres reptiles semblent sortis des profondeurs d'un marécage cauchemardesque. L'épaisseur du silence m'empêche d'entendre les claquements de leurs dents s'entrechoquant et leurs sifflements sans fin. 

Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)
Le chant des réserves (2019) tirage format 160 x 224 cm.

À chaque porte qui s'ouvre, un univers du monde terrestre est découpé et entreposé. Les poissons sont gonflés comme des outres, apeurés pour toujours de l'absence d'eau ayant eu raison de leurs trépassements. Leurs peaux sont jaunies par un traitement les faisant tous ressembler à des harengs fumés. À la limite de tomber en poussière, ils résistent à cette violente déshydratation grâce à quelques produits chimiques. Seule une minuscule pieuvre noire à la gestuelle diluée semble encore s'agiter dans une petite boîte en plastique transparente.

Arnaud Théval le chant des réserves 2019
Le chant des réserves (2019) tirage format 160 x 240 cm.

Un dédale d'escaliers et de portes coupe-feux nous conduisent au sous sol. Nous débouchons sur un palier surplombant une immense volière silencieuse et ordonnée. Sidérés dans leurs élans, des milliers d'oiseaux semblent attendre la moindre inattention chez nous pour repartir de plus belle. Je circule dans une forêt d'étagères métalliques. Sa dimension et son échelle me projettent à hauteur de canopée. Malgré l'air apeuré des uns, moqueurs ou féroces des autres, mon visage se reflète dans leurs yeux en billes de verre avec une proximité jamais égalée. Dans ce lieu éthéré je les vois sans les entendre. Impossible de tous les regarder, tant la densité de volatiles est étourdissante. À chaque fois que je plonge mon attention sur une famille d'entre eux, immédiatement ceux situés en arrière plan m'attirent. 

Plus les minutes passent, plus la lumière verte des grésilles insectes se diffusent dans mes yeux, plus le vertige s'empare de mon corps et plus la sensation d'un sanctuaire mortel s'éloigne. Il me semble alors percevoir quelques froissements d'ailes, puis d'autres plus lointains. Les milles et un oiseaux se déplacent tour à tour. ils changent de place. Ce faisant ils brouillent la piste de ma perception, ils se jouent de moi. La forêt de leurs tombeaux prend vie. Les feuilles de papier posées sur les étagères produisent au passage des volatiles les mêmes sons que celles des arbres. Tout bruisse, c'est délicat, à peine perceptible. Ces frottements s'amplifient à mesure que je progresse dans la réserve. Un murmure lointain comme une petite musique perce à travers les branchages. De loin en loin, du fond de l'immense grotte, ces milliers d'oiseaux composent un silence assourdissant comme un délicat souvenir de la vie. Le chant des réserves. 

arnaud theval le chant des réserves 2019
Le chant des réserves (2019) tirage format 160 x 210 cm.
Arnaud Théval Le chant des réserves (2019)
Le chant des réserves (2019) tirage format 160 x 200 cm.

La tête emplit de ces échos je remonte à la surface de la réalité. La trace sonore de ce chant résonne encore longtemps dans mes oreilles après que la porte se referme sur cette étrange mélopée. Comme si la terre était à l'envers, la réserve des mammifères est au-dessus de cette forêt. Des fauves foudroyés dans leur mouvement côtoient leurs proies sidérées dans leur effroi. De ce face à face nait une tension optimale entre les corps des bêtes, dont les mouvements ne semblent retenus que par les tiges métalliques les scellant à leur socle. Les primates gesticulent comme des automates sans électricité, les fouines jouent immobiles et quelques têtes coupés gisent sur les étagères. 

La dernière salle contient une collection de bocaux. Un poisson tente encore de s'échapper du produit chimique qui l'a immortalisé. Sa bouche tente de trouver dans l'air de quoi s'en sortir. Dans les bocaux voisins, des serpents, des batraciens et des embryons de chat cohabitent suspendus dans des liquides jaunâtres. Leurs yeux sont blancs, comme crevés, et la pigmentation de leurs peaux se perd au fond des bocaux. Les vitres poussiéreuses de la pièce offrent une vue jaunâtre sur un dehors inerte, comme pour stopper toute agitation de l'imaginaire. Seul le poisson et sa tentative de prise d'air paraît poursuivre inlassablement son entreprise de survie. 

Étourdi et fasciné par cet amoncellement de souvenirs du vivant, je remonte à la surface du parking surplombant ce tombeau géant. Sur le chemin du retour, la voiture me berce dans une ville dont les rafales de vent produisent un écran de poussière, favorable aux rêves éveillés. Je rejoins les peurs bleus qui agitent les rêves de nos enfances, terrifiants.

Arnaud Théval Le chant des réserves (2019)
Le chant des réserves (2019) tirage format 160 x 221 cm.

 

Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)
Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)
Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)
Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)
Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)
Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)
Arnaud Théval, le chant des réserves (2019)