Sous le soleil

Ces pièces soulignent nos relations aux frontières urbaines implicites. Un questionnement sur les limites et sur les usages des espaces urbains publics est suggéré par des mises en scènes signalant des moments de ruptures. Sous l'œil des caméras de vidéo-surveillance, des moments de transgressions sans conséquences dévoilent l'absurdité du dispositif. (2002)

Sous le soleil (2002), cinq installations dans l'espace urbain, Saint-Herblain.

Ces pièces soulignent nos relations aux frontières urbaines implicites. Un questionnement sur les limites et sur les usages des espaces urbains publics est suggéré par des mises en scènes signalant des moments de ruptures. Ce projet investit certaines zones d'une ville qui a choisi depuis de nombreuses années de contrôler certains espaces dit « sensibles » par le moyen de la vidéo surveillance. Saint-Herblain est située en périphérie de Nantes et a pour particularité de s'étendre sans un centre ville, mais avec plusieurs et avec une très grande diversité d'habitations.

Sous le soleil (2002), document.
Sous le soleil (2002), document.

Tas de terre
Les entrées d'un parc ont été obstruées afin d'en empêcher l'accès aux gens du voyage. Cet état d'urgence souligne fortement l'existence d'une frontière au cœur même du territoire. La photo signale une personne franchissant cette limite. Pour l'installation, l'état d 'urgence étant passé, la ville ayant remplacé la terre par de gros cailloux, je demande de remettre de la terre afin de faire dialoguer l'œuvre avec l'histoire du lieu.

Sous le soleil, tas de terre (2002), format variable.
Sous le soleil, tas de terre (2002), format variable.
Théval Sous le soleil, tas de terre (2002)
Sous le soleil, tas de terre (2002)  format 200 x 160 cm, plots en béton et tas de terre.

Ligne de désir

En pleine zone commerciale Atlantis, une large ligne de désir retient mon attention, appellation pour désigner un chemin créé par les passages répétés hors circuit. Un paradoxe dans un contexte où tout est pensé pour aiguiller au mieux le consommateur. Afin de comprendre la circulation des uns et des autres, je réalise des documents vidéos, me positionnant à divers endroits. La seule prise que je n'arrive pas à réaliser est celle où l'on peut voir des personnes de face descendant la ligne de désir. Ma présence semble révéler un interdit. La photo de l'installation est réalisée de nuit et signale une personne prise en flagrant délit d'usage de la ligne de désir.

Sous le soleil, tas de terre (2002), format variable.
Sous le soleil, ligne de désir (2002) format variable.
Sous le soleil, ligne de désir (2002), format variable.
Sous le soleil, ligne de désir (2002), format variable.
Theval Sous le soleil, ligne de désir (2002) Saint-Herblain
Sous le soleil, ligne de désir (2002) format 300 x 190 cm, plots en béton. Saint-Herblain.

Les équipes

Au cœur d'un quartier d'habitations à loyers modérés, une place révèle les stigmates d'un usage tendu et controversé. Ce territoire est doublement sous contrôle; une caméra de vidéo surveillance en haut d'un mat et certains groupes de jeunes. Les photos réalisées ici mettent en jeu les rapports de forces qui s'opèrent entre groupes rivaux pour la maîtrise de ces espaces. La question de la frontière se matérialise par des luttes entre "équipes", paraissant tour à tour, joueur ou menaçant. Cette ambiguité est interprétée dans une mise en scène avec certains d'entre eux. La photo affichée au cœur du quartier sous le regard de tous et de la caméra de vidéo surveillance signale cette hésitation entre tendresse et violence.

Sous le soleil (2002) video.
Sous le soleil (2002) video.
Théval Sous le soleil, les équipes (2002) format . Saint-Herblain.
Sous le soleil, les équipes (2002) format 200 x 280 cm. Saint-Herblain.

La ronde

Une succession de rond points, deux axes routiers deux fois deux voies et entre les deux un terre plein paysagé constituent le contexte de l'installation. Le flux des voitures et leur vitesse rend le lieu dangereux et difficile d'accès. Seuls quelques riverains s'y aventurent pour aller faire leurs courses. La photo est réalisée avec ces riverains dansant la nuit sur le lieu même. Une ronde enfantine est mise en scène, dans laquelle des adultes anonymes remplacent les enfants. L'installation est située au milieu du terre plein et à contrario des affiches publicitaires, elle disparaît la nuit.

Sous le soleil (2002), document.
Sous le soleil (2002), document.

 

Théval Sous le soleil, la ronde (2002) format . Saint-Herblain.
 Sous le soleil, la ronde (2002) format 200 x 300 cm . Saint-Herblain.

Fuir

Dans le vieux bourg, un lotissement au milieu duquel un espace de jeu plus ou moins occupé n'existe que "grâce" aux lignes à hautes tensions interdisant la construction. Cet unique espace collectif est sujet à controverse. Le jour occupé par de jeunes enfants accompagnés de leurs parents, la nuit par des adolescents d'ici ou de passages. Les dégradations successives laissent un terrain de jeu en quasi abandon et quelques tags révèlent une tension latente. Trois grandes photos sont installées signalant un petit groupe d'adolescents décampant, sans que nous sachions qui ils fuient.

Théval Sous le soleil, fuir (2002) formats . Saint-Herblain.
Sous le soleil, fuir (2002) trois formats 300 x 190 cm. Saint-Herblain.
Sous le soleil (2002), document.
Sous le soleil (2002), document.

L'événement du regard, par Stephen Wright, critique et théoricien d'art contemporain
« Comme les requins sont précédés de leur poissons-pilotes, notre regard est précédé d'un regard-pilote, qui propose un sens à ce qu'il regarde... Nous nous croyons bien à tort libres de ce regard. »
André Malraux, L'Intemporel
« Lueurs sensibles à qui les voit, cachées à qui les regarde » : c'est ainsi que, dans Les Fleurs de Tarbes , Jean Paulhan marque une distinction entre « regarder » (comme vision dirigée vers un objet) et « voir » (comme ouverture ou comme événement), pour souligner la puissance évocatrice de la signification qui se déploie à mesure que l'on s'abandonne à ce qui est donné à voir, là où on le voit. Quelle est cette étrange dimension qui échappe à qui cherche à la fixer du regard, et qui cependant est susceptible d'être vue ? Telle est la question posée par la démarche d'Arnaud Théval, qui postule qu'il existe des régimes de visibilité plus à même que celui de l'art à nous dessiller les yeux sur le réel.

Lire sa contribution

 

Théval Sous le soleil Saint-Herblain
Théval Sous le soleil Saint-Herblain
Théval Sous le soleil Saint-Herblain
Théval Sous le soleil Saint-Herblain
Théval Sous le soleil Saint-Herblain