Œuvres

La prison à la surface de sa peau

Arnaud Théval La prison enforestée (2020), coursive du bâtiment d’habitation 2 de la maison d'arrêt de Draguignan.

À l’instar d’un dessin d'un tigre et d'un papillon photographié sur le mur d’une cellule, je m’interroge sur, qui, du surveillant ou du détenu, incarne le mieux l’insecte fragile ou la force du félin ? Les œuvres sont des séquences d’une immersion dans l'institution pénitentiaire, mêlant fragments d’enfermements et moments de formation. Elles croisent des histoires vécues, des lieux traversés et des mises en situation du personnel pénitentiaire questionnant ma relation à cet imaginaire carcéral et à la figure de ceux qui l’organisent. Lire la suite

L’hôpital en sueur

Arnaud Théval Guerre-guérison (2018), Institut de lutte contre le cancer Bergonié, Bordeaux.

Alors que l'institution hospitalière se réinvente une hospitalité dématérialisée, l'œuvre est une inversion de paradigme d'une figure blanche aux normes maîtrisées vers une figure remuée et multicolore de ses professionnels en leurs lieux. Par indices, sur les murs, sur eux ou dans leurs phrases, je leur découvre une intime nécessité d'inventer d'autres rapports dans l'institution et avec les patients, que ceux commandés par une mise aux normes comptable, tout en se questionnant sur leur propre figure. Lire la suite

La ville, limites et co-présences

Arnaud Théval Manifestement la réunion (2005), Fougères.

Un flot d’images médiatiques, hypnotiques et enfermantes sur les quartiers populaires, des immeubles peuplés de milliers d’yeux scrutent la ville, eux-mêmes sous le contrôle des caméras. Les œuvres produisent une critique des archétypes projetés sur ces habitants ainsi que ceux auto-générés. Elles appréhendent les interactions entre le vernaculaire, les institutions publiques et la ville. Tout en soulignant nos relations aux frontières urbaines implicites, je travaille à un déplacement des assignations construites sur et par nos imaginaires, en affirmant la nécessité d'y déployer une résistance active aux évidences.

Sa place dans le groupe

Arnaud Théval Photo de classe (2005), FRAC des Pays de la Loire, Carquefou.

Les institutions organisent les corps dans l'espace du travail et de la formation, les y préparent par une succession d'incorporations et de petites séparations. Mon processus artistique  invite les uns et les autres à trouver et à questionner leur place dans le groupe, depuis la crèche à l'entreprise. Ma recherche se construit par des aller-et-retours entre les cultures du travail, des formations et les codes de l'art. J'y créé une série de situations qui, par l'image, agitent l'espace social en y révélant les complexités d'apparaître autrement pour les individus employés, tout en m'attachant à inventer des espaces ouverts au dissensus, quitte à inquiéter le réel. Cet ensemble d'œuvres est le résultat de processus d'implications des acteurs dans les institutions par un jeu d'image venant perturber les représentations standardisées.