Blanc maquillage

Arnaud Théval Blanc maquillage (2017), document. Institut Bergonié Bordeaux.
Arnaud Théval Blanc maquillage (2017), document. Institut Bergonié Bordeaux.

Blanc maquillage (2017- ) est une résidence à l'Institut Bergonié, centre de lutte contre le cancer à Bordeaux.

L’hôpital est un lieu de lutte, dont l’issue est tendue vers une sortie de crise heureuse. Les équipes hospitalières orchestrent le mouvement avec talent employant tour à tour des traitements médicamenteux pour nos corps chancelants, des ruses au sens philosophique du terme pour faire tenir un espoir thérapeuthique et des formules savantes pour organiser la maîtrise du savoir sur notre ignorance. Quand les murs de la chambre disparaissent, quand les rapports de pouvoirs se conçoivent dans l’horizontalité du management, quand les corps disparaissent en moins de trois jours, quand les mots qui s’échappent de nos bouches se transforment en vapeur d’eau, quand la lumière qui y scintille alors, y fait naître l’illusion d’un arc-en-ciel, c’est bien que nous sommes parvenu dans ce nouveau lieu qu’est l’hôpital du XXIème sciècle. Évaporé dans le flou de nos certitudes, recouvert d’une fine couche blanche additionnant toutes les couleurs de nos expériences, le corps de l’hôpital soudain disparaît.

 

L'enclenchement de la recherche artistique commence par une visite de l'Institut et des rencontres. Celles-ci produisent des récits, accompagnés de photographies qui prendront place dans un premier temps sur les murs de l'hôpital.

Blanc maquillage (2017), document. Institut Bergonié Bordeaux
Blanc maquillage (2017), document. Institut Bergonié Bordeaux

La source de l'arc-en-ciel (2017) trois formats 100 x 75,5 cm chaque, photographie sous verre et un format 100 x 135 cm, photographie sous verre, lettre format 22 x 30 cm.

Lors d'un entretien avec une psychologue, celle-ci évoque la possibilité de la convergence d’une illusion, celle qui consiste à faire tenir l’idée que les choses vont aller mieux en soignant quoi qu’il arrive. Elle, inversement, ne se cache pas et ses mots délivrent une pensée. Le mensonge est dans la relation entre le médecin et le patient lâche-t-elle. Chez les soignants, nous ne parlons de pas de déni, non, mais assurement d’une dénégation me corrige-t-elle. De sa place de psychologue, elle avance sans détours. Nous dialoguons, j’écris et reformule ici. Le fantasme est dans la toute puissance du médecin, l’institution le porte, le patient la lui demande.

Je rédige un texte dans lequel je prolonge notre échange et l'adresse à deux autres médecins afin qu'ils y réagissent. Avec une tournure polémique, le texte est ainsi proposé à la lecture et à l’annotation à la psychologue, à une anesthésiste et à un médecin, avec qui j’ai pu dialoguer sur ces mêmes enjeux. Leurs lettres constituent une première partie de l'œuvre La source de l'arc en ciel ou comment le processus d'illusion se met en place.

La source de l'arc-en ciel (2017) détail.

 

La source de l’arc-en-ciel (2017) 3 formats 100 x 75,5 cm chaque, photographie sous verre et un format 100 x 135 cm, photographie sous verre, lettre format 22 x 30 cm.
La source de l’arc-en-ciel (2017) trois formats 100 x 75,5 cm chaque, photographie sous verre et un format 100 x 135 cm, photographie sous verre et lettre format 22 x 30 cm.

Le texte qui est à la fois support à ratures et à disputes, est associé à une photographie d'un tableau. Le motif du tableau et les bords d'un classeur m'évoquent tout deux, un arc-en-ciel. Voilà deux objets, l'un artistique, l'autre administratif qui dialoguent au hasard de leur accrochage dans l'institution. La photographie des deux arc-en-ciel est réalisé dans la salle d'accueil du dépositoire, dernier lieu d'accompagnement du corps par l'institution.

La source de l’arc-en-ciel (2017) 3 formats 100 x 75,5 cm chaque, photographie sous verre et un format 100 x 135 cm, photographie sous verre, lettre format 22 x 30 cm.
La source de l’arc-en-ciel (2017)  détail.
La source de l’arc-en-ciel (2017) 3 formats 100 x 75,5 cm chaque, photographie sous verre et un format 100 x 135 cm, photographie sous verre, lettre format 22 x 30 cm.
La source de l’arc-en-ciel (2017) 3 formats 100 x 75,5 cm chaque, photographie sous verre et un format 100 x 135 cm, photographie sous verre, lettre format 22 x 30 cm.

L'accrochage a donné lieu à une performance débat sous forme de table ronde, poursuivant ainsi l'échange sur la problématique de l'illusion.
Extrait du texte lu : À dessein, une image est travaillée comme un creux ; un confort nécessaire pour tout le monde dans un quotidien où la vitesse a pris le pas sur le temps qu’il faudrait pour penser sa propre fin. Le soin n’est-il pas aussi un acte marchand ? Nous redoutons l’incertitude, la raison domine et aux confins de celle-ci, une image se confirme.

La source de l'illusion (2017) performance débat.
La source de l'illusion (2017) performance débat, document de presse.

Juste avant le débat, La photographie est retirée par la direction, le contenu d'un texte institutionnel sur la une du classeur dans le dépositoire est perçu comme choquant. Nous tentons de trouver un terrain d'entente. Finalement une lettre m'est adressée notifiant les raisons d'un ceci ne s'accroche pas en faisant allusion au texte sur la première page du classeur (prix facturé au bout de trois jours du corps du défunt dans le dépositoire).

La source de l'arc-en-ciel (2017) caviardée par l'artiste.
La source de l'arc-en-ciel (2017) caviardée par l'artiste.

Je choisis de caviarder exagérément toute la lettre et demande à installer de nouveau la pièce, l'œuvre n'a pas été réinstallée pour autant. Suite à ces échanges, de nouveaux textes seront proposés à la discussion (et la pièce sera présentée dans une nouvelle situation en mars 2018 lors de la performance débat Crépitements).